skip to Main Content

Ouïe Fine

47 bis, Rond Point de la Résistance
89300 JOIGNY
03 86 43 85 41
elodie.milachon@ouie-fine.fr
www.ouie-fine.fr

Horaires

Du mardi au vendredi : 9h30 à 12h30 – 13h30 à 17h30
Le samedi : 9h30 à 12h30

GAGNEZ DES BONS D'ACHAT !

Je m’inscris à la lettre d’information pour tenter de gagner des bons d’achat !

OPÉRATIONS COMMERCIALES & ACTUALITÉS

CENTRE D’AIDE AUDITIVE OUÏE FINE

Elodie MILACHON, audioprothésiste, vous présentera et vous conseillera dans le choix d’aides auditives et d’accessoires d’écoute.

Audioprothésiste D.E.
D.U. audiophonologie de l’enfant
D.U. audioprothèse implantée
Membre de l’AFREPA (Association Française Pluridisciplinaire en Acouphènologie)

ouieFine

Il est loin le temps où l’on pensait que la baisse de l’audition ne concernait que les personnes très âgées !

On sait désormais que dès 55 ans, le système auditif perd de son efficacité. C’est la presbyacousie qui commence, un phénomène naturel comparable à la presbytie pour la vue.
Aujourd’hui en France, 6 millions de personnes sont concernées par une baisse de l’audition, et avec l’allongement de l’espérance de vie, ce chiffre ne peut que progresser davantage. Pourtant, la baisse de l’acuité auditive n’est pas une fatalité, à condition qu’elle soit détectée et prise en charge le plus tôt possible.

ouieFine-elodie

C’est pourquoi chez Ouïe Fine, nous exerçons notre métier avec passion et engagement car retrouver l’audition, c’est aussi retrouver le goût de la vie ! Nous sommes là pour répondre à toutes vos questions sur l’audition et vous accompagner dans la recherche de solutions qui vous aideront à mieux entendre. Lors de votre passage, nous vous inviterons à découvrir les nouvelles aides auditives numériques qui s’adaptent parfaitement à vos besoins et à votre mode de vie.

Une meilleure audition facilite grandement la vie au quotidien, alors n’hésitez pas à venir nous voir !

Une audioprothésiste formée à la prise en charge des acouphènes…

Mes années d’exercices auprès de grands professionnels de l’audition m’ont permis d’obtenir un savoir-faire dans le réglage des aides auditives, le tout reposant sur l’écoute et la rigueur d’un protocole d’appareillage reconnu.
J’ai également complété mes connaissances par des formations spécifiques à la prise en charge des acouphènes. Il s’agit d’un symptôme très souvent lié à une perte d’audition. Une stimulation auditive à l’aide d’un appareillage, associée à des conseils, peut soulager la gêne que l’on éprouve face à l’acouphène.

NOTRE SYSTÈME AUDITIF

L’audition est l’un de nos cinq précieux sens. Comme la vue, les informations et stimulations qui nous entourent sont captés par notre oreille, pour être ensuite analysés par notre cerveau.

Le mécanisme simplifié de notre perception sonore

La réception des sons, le rôle de l’oreille externe
Les sons qui nous entourent sont réceptionnés par notre pavillon. Son rôle est de focaliser les bruits à l’entrée de notre conduit auditif. Au fond de celui-ci se trouve le tympan, une fine membrane qui vibre à la réception d’une stimulation sonore.

La transmission de l’information sonore par l’oreille moyenne
La vibration du tympan entraîne la mise en mouvement des osselets. Cette chaîne de petits os est composée du marteau, de l’enclume et de l’étrier. Son rôle est d’amplifier et de transmettre les ondes sonores à l’oreille interne.

La conversion de l’information par l’oreille interne
L’oreille interne est principalement composée de liquides et de récepteurs nerveux. La cochlée est la partie de l’oreille interne sensible aux sons. La vibration des osselets impose aux liquides de la cochlée des mouvements, tels une vague. Cette onde est perçue par les cellules nerveuses, qui réagissent en déchargeant une information électrique dans le nerf auditif.

Les voies auditives et le cortex auditif
Ce message nerveux est acheminé par le nerf auditif jusqu’au cerveau, dans l’aire auditive du cortex. C’est à partir de cette zone du cerveau que les informations vont être analysées et distribuées à d’autres zones, telles que la compréhension du langage, la mémoire, les émotions …

LA PERTE AUDITIVE

La perte auditive, ou surdité, prend de nombreux aspects et différents degrés d’importance.

La classification de la déficience auditive

La définition d’une perte auditive se fait sur l’audiogramme tonal, qui relève, entre autres, le seuil limite de la perception de l’oreille. Cette sensation sonore minimale sert de base à l’établissement de catégories de surdité. La classification de la baisse d’audition a été établie par le BIAP (Bureau International d’Audio-Phonologie) comme suit :

I. Audition normale ou subnormale
La perte tonale moyenne ne dépasse pas 20 dB. Il s’agit éventuellement d’une atteinte tonale légère sans incidence sociale.

II. Déficience auditive légère
La perte tonale moyenne est comprise entre 21 dB et 40 dB.
La parole est perçue à voix normale, elle est difficilement perçue à voix basse ou lointaine. La plupart des bruits familiaux sont perçus.

III. Déficience auditive moyenne
Premier degré : la perte tonale moyenne est comprise entre 41 et 55 dB.
Deuxième degré : la perte tonale moyenne est comprise entre 56 et 70 dB.
La parole est perçue si on élève la voix. Le sujet comprend mieux en regardant parler. Quelques bruits familiers sont encore perçus.

IV. Déficience auditive sévère
Premier degré : la perte tonale moyenne est comprise entre 71 et 80 dB.
Deuxième degré : la perte tonale moyenne est comprise entre 81 et 90 dB.
La parole est perçue à voix forte près de l’oreille. Les bruits forts sont perçus.

V. Déficience auditive profonde
Premier degré : la perte tonale moyenne est comprise entre 91 et 100 dB.
Deuxième degré : la perte tonale moyenne est comprise entre 101 et 110 dB.
Troisième degré : la perte tonale moyenne est comprise entre 111 et 119 dB.
Aucune perception de la parole. Seuls les bruits très puissants sont perçus.

VI. Déficience auditive totale – Cophose
La perte moyenne est de 120 dB.
Rien n’est perçu

DEUX TYPES DE SURDITÉ

La surdité de transmission

La surdité de transmission se caractérise par une perte auditive due à un blocage lors du passage du son. Le siège du problème se situe au niveau de l’oreille externe ou moyenne. Citons quelques exemples de problèmes induisant une surdité de transmission :
– le bouchon de cérumen,
– la perforation du tympan,
– l’otite,
– l’otospongiose,
– la malformation de l’oreille,…

Toutes ces causes provoquent une diminution du volume du son, conduisant à une perception moindre. Les solutions sont souvent médicales ou chirurgicales.

La surdité de perception

La surdité de perception est due à un problème situé dans l’oreille interne ou sur le nerf auditif. Elle est de cause variable.

Dans la grande majorité des cas, les déficiences auditives de perception sont dues à des atteintes de la cochlée. Les cellules ciliées internes et/ou externe sont endommagées, réduisant la sensibilité de l’oreille et sa précision. Les causes de ces atteintes sont diverses, mais les plus fréquentes sont :
– la surdité liée à l’âge, ou presbyacousie,
– la surdité liée au bruit,
– la surdité héréditaire,
– la surdité congénitale et liée à la naissance,
– la surdité liée à des lésions nerveuses.

NOS SOLUTIONS

Deux grandes familles d’aides auditives

Les aides auditives se déclinent en deux grandes catégories de format : les intra-auriculaires (dits « intras ») et les contours d’oreille.

Les intra-auriculaires

Réalisés sur mesure d’après une empreinte du conduit auditif, les intras sont des puces électroniques glissées dans le creux de l’oreille pour une discrétion maximale.

ouieFine-intraAuriculaire

Adaptation
Les intras sont adaptables pour des surdités légères à sévères.

Avantages
Très grande discrétion
Décliné dans une grande gamme de prix
Utilisation intuitive du téléphone

Inconvénients
Autonomie faible
Ne peut être réalisé pour des conduits auditifs très fins
Moins bonne fiabilité dans le temps que les contours d’oreille
Fragilité relative

Les contours d’oreille

Le contour d’oreille classique
Les contours d’oreille sont les aides auditives dont le format a le plus évolué. Le format classique a été petit à petit amélioré et miniaturisé pour donner le contour d’oreille « ouvert » et « à écouteur déporté ».

ouieFine-contourOreilleClassique

Adaptation
Le contour d’oreille classique s’adapte à toutes les surdités, quelle que soit leur importance.

Avantages
La plus grande longévité
La meilleure résistance physique
Le plus facile à manipuler
Facilité d’entretien
La meilleure autonomie
Adaptable à toutes les auditions
Décliné dans toutes les gammes de prix

Inconvénients
Discrétion la moins bonne

Le contour d’oreille ouvert
Par rapport au contour d’oreille classique, le modèle « ouvert » diffère principalement par la finesse du tube qui achemine le son à l’oreille. De plus, le boîtier est généralement plus fin et plus petit. Il peut s’adapter sur un embout sur mesure ou avec une ailette en silicone.

ouieFine-contourOreilleOuvert

Adaptation
Les contours d’oreille ouverts s’adaptent à des surdités légères à moyennes, lorsque la perte auditive est essentiellement localisée dans les fréquences aiguës.

Avantages
Très bonne discrétion
Sonorité très naturelle
– Bonne résistance physique
Très bonne longévité
Bonne autonomie
Disponible sur une gamme de prix large

Inconvénients
Applicable uniquement aux surdités dont les fréquences graves sont plutôt bien conservées
Sensible à une production de cérumen importante

Le contour d’oreille à écouteur déporté
Le contour d’oreille à écouteur déporté reprend les caractéristiques du modèle ouvert, mais restitue le son directement dans le conduit auditif. Il en résulte de plus grandes possibilités d’adaptation.

ouieFine-contourOreilleDeporte

Adaptation
Les contours d’oreille à écouteur déporté s’adaptent à des surdités légères à sévères.

Avantages
Très bonne discrétion
Sonorité très naturelle
Bonne résistance physique
Bonne longévité
Bonne autonomie

Inconvénients
Souvent indisponible dans les catégories de prix les plus basses
Sensible à une production de cérumen importante

Back To Top